Un souk à Marrakech 

Pour faire la copie d’un tableau, choisir l’oeuvre d’un peintre chéri,

Quelque chose de vivant, quelque chose de simple, quelque chose de beau,

Quelque chose d’essentiel pour ton âme…

Placer ensuite le chevalet dans un coin du patio, tout près des lauriers roses,

Invoquer le Maître, penser très fort à Lui, l’aimer sans rien dire, sans bouger…

Parfois il arrive vite, mais il peut aussi bien mettre de longues journées,

Avant de se décider !

Ne pas se décourager, et surtout ne pas quadriller la toile…

Attendre…

Attendre, travailler le dessin, travailler les couleurs, 

Attendre s’il le faut pendant des années.

Quand le peintre arrive, s’il arrive, 

Observer le plus profond silence, 

Attendre que le Maître pose la main sur ton épaule, 

L’aimer fort et l’admirer, sentir son frémissement, 

Entendre ses conseils, ses avis, ses recommandations…

Et quand il acquiesce ton travail, la poussière du soleil, la finesse et le mouvement des tissus,

Alors, tu choisis un encadrement, et tu écris ton nom dans un coin du tableau.

eva, 30 juillet 2021 (en hommage à Majorelle)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s